Le carnaval se prépare…

Préparation du Carnaval
Source :  ivalletta.com

Il-Karnival : Un des événements de l’année le plus « couru » par les Maltais.

Le Carnaval est largement fêté sur l’archipel. Celui de La Valette reste le plus important. La foule qui le suit est impressionnante par le nombre et l’enthousiasme.

  • Les personnages carnavalesques font souvent références aux personnalités politiques.
  • La date est choisie en fonction du calendrier catholique romain : le week-end qui précède le Mercredi des Cendres et au début des 40 jours précédant le Carême, période de jeûne avant Pâques.
  • Il n’est peut-être pas inutile de rappeler que le terme carnaval vient de l’italien carne vale ou carne levare qui signifie enlever la viande (gras que l’on mange les jours que l’on appelle « gras »).
  • Le Carnaval clôture la période avant le Carême ; faire la fête avant la période suivante, marquée par le jeûne et l’abstinence.

Carnaval à Malte

Afficher l'image d'origine

Les comités du Carnaval s’affairent toute l’année durant à construire les chars du carnaval (vidéo ci-dessus).
Sur l’aspect satirique de certains chars, lire l’article du quotidien The Times of Malta (17/2/17), en anglais : Food satire on carnival floats along the years / La satire alimentaire sur les chars au fil des ans.

Les troupes de danses confectionnent les costumes et préparent leurs chorégraphies. Il faut absolument être le gagnant de la danse spécifique du carnaval.

Vous pourrez aussi vous initier à la « parata » : une danse avec épée, pratiquée au début du Carnaval qui commémore la victoire des Chevaliers de l’Ordre de St-Jean sur les Turcs (1565).

Carnaval à La Valette

Programme 2017, voir l’article Carnaval 2017 – 23 au 28 février.

Aperçu du Carnaval 2014


Auteur : Pascal Aloisio

____ Cet article vous est offert par Monique Basley, créatrice du site informatif MALTE et La Valette et auteure du guide LA VALETTE –  Parcours-promenades dans la capitale.

bookcover_grande

Des itinéraires pour découvrir, pas à pas, les richesses de cette capitale unique.
NOVATEUR ! Le guide contient des flashcodes et des liens internet
. L’interaction avec ce site permet une actualisation constante des informations données dans le guide (horaires musées, prix… ; événements en cours et à venir…) ;
ce qu’un livre-guide « classique » ne peut actuellement offrir.

Voir EXTRAITS, AVIS de LECTEURS et ACHETER LE GUIDE
Prix public 14,50 €
Je vous l’adresse dans les 24-48 heures (jours ouvrés).

_____  En savoir plus sur le Carnaval à Malte…

« Le carnaval tient une place importante dans le calendrier des festivités maltaise. À Malte, on trouve son origine au XVe siècle, peu après l’arrivée de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem à Malte. Les chevaliers nouvellement installés à Birgu, dans des conditions moins agréables qu’à Rhodes, ont organisé des jeux et des tournois avec des reconstitutions de faits historiques à la gloire de l’Ordre pour marquer les derniers jours d’avant le Carême.

Lors d’une assemblée des chevaliers tenue après le Mardi Gras 1535, le grand maître Pierino de Ponte rappelait les chevaliers à l’ordre en tant que membre d’une communauté religieuse et leur demandait de limiter leurs jeux aux exercices leur permettant d’entretenir leurs qualités militaires. En 1560, le grand maître Jean Parisot de La Valette autorisait les chevaliers et les marins de l’Ordre à décorer pour le Mardi Gras les bateaux de la flotte de l’Ordre dans le port. Les festivités avaient donné lieu à des amusements, des chansons, des banquets mais aussi des mascarades. En 1639, le grand maître Jean-Paul de Lascaris-Castellar publie une proclamation interdisant le port des masques aux femmes pendant les festivités et principalement dans les auberges sous peine d’être fouettées publiquement. Il interdit également le port d’un costume représentant le diable.

Pendant le règne de l’ordre de Saint-Jean sur Malte, Le carnaval devait recevoir l’assentiment du grand maître, la population attendait sous les balcons du Palais la lecture de la proclamation autorisant le début des festivités qui allaient durer trois jours. Le carnaval commençait par la pendaison d’une pierre à la façade de la Castellania, le palais de justice, qui signifiait ainsi que toutes les poursuites étaient suspendues le temps du carnaval. En suite commençait la Parata, la parade, composée de la population habillée en chrétiens et en infidèles du Grand Siège, promenant dans La Valette une jeune fille personnifiant Malte, avant de reconstituer des tableaux des héroïques combats. Autre caractéristique du carnaval du XVIIIe siècle est l’initiative du grand maître Marc’Antonio Zondadari, en 1721, du kukkanja (pays de Cocagne). Cela consistait pour la population de s’approprier, à un signal, de la nourriture, des jambons, des saucisses, des porcs, etc. cachés sous une montagne de fagots.

Du temps des britanniques, le carnaval était l’occasion pour la population de caricaturer l’occupant. Des scènes, puis l’apparition des chars, permettaient de régler ses comptes avec le gouverneur général ou les hommes politiques maltais. Les carnavals ont toujours été l’occasion de défoulements que les dirigeants savent tolérer.

Si maintenant le carnaval a toujours lieu à La Valette avec un défilé dans les rues de la capitale et de Floriana pour terminer dans « l’arène » face au palais des grands maîtres, bien d’autres villes organisent aussi leurs festivités comme le carnaval de Nadur à Gozo qui concurrence celui de la grande île. Les pâtissières maltaises préparent pour l’occasion un gâteau à la crème au beurre appelé Prinlulata. »