La Valette se réveille…

La Valette se réveille
Cap sur Malte, à La Valette, Capitale européenne de la culture en 2018.

Ainsi débute l’article d’Éléonore Klar dans Next, supplément mensuel de Libération (février 2016).

 » En pleine préparation des événements de 2018, année qui la verra adoubée Capitale européenne de la culture, La Valette tâche de renouveler une histoire qui commence il y a 450 ans, avec les Chevaliers de l’ordre de Saint Jean. La capitale de la République de Malte porte le nom de son fondateur, le grand maître de l’Ordre, Jean Parisot de La Valette. Alors que l’ensemble des chevaliers souhaite rentrer à Rhodes, Malte n’étant pour eux qu’un caillou trop sec au milieu de la Méditerranée, Jean de La Valette estime que la presqu’île présente un avantage de taille pour repousser les Ottomans : elle est protégée par la mer en trois côtés. Il suffira d’ajouter quelques fortifications pour faire fuir Soliman le Magnifique.

L’appel à Renzo Piano en 2010
Si, avec son plan quadrillé, La Valette était d’une modernité frappante pour 1566, elle est restée architecturalement endormie jusqu’en 2015.
… Mais en 2010, la ville confie à Renzo Piano et au bureau AP trois projets : la construction du Parlement, la rénovation de la porte de la ville, et la réhabilitation de ruines des bombardements de 1942.
… Les ruines, enfin, deviendront l’Opéra, ouvert à la façon d’une arène antique. La livraison s’est faite en 2015, et le résultat, bien que controversé fait souffler un vent de nouveauté sur La Valette… Le Parlement est d’ailleurs le premier bâtiment d’Etat ne datant pas des Chevaliers. L’histoire de Malte lui assure en conséquence un afflux régulier de cars de touristes. La Co-cathédrale Saint-Jean en est l’héritage le plus somptueux, …
Mais bientôt, les touristes pourraient bien prendre les traits d’amateurs d’art contemporain, de design, de cinéma, et de culture en général. C’est en tout cas l’ambition de la fondation V18, qui s’attelle à construire un réseau culturel maltais solide.
… le paysage artistique devrait changer d’ici 2018. Et déjà, ceux qui avaient déserté la vieille ville pour les modernes voisines Sliema ou Saint Julian’s, réinvestissent la cite fortifiée, pour faire la fête (sur la Strada Stretta), autrefois sulfureux lieu de débauche des marins.

Des pastis! aux scones
En attendant, les ruelles au parfum de fleur d’oranger de La Valette sont le théâtre de scènes dépaysantes. Des kiosques aux terrasses improvisées sur les escaliers des petits bars, on passe de l’anglais au maltais, une langue sémitique qui a incorpore des mots italiens, français (bonjour se dit « bongu ») et anglais.

Et si, pour Noël ou L’Assomption, on s’aperçoit que le pays est catholique à plus de 95 %, Malte est plutôt en avance sur les questions LGBT… Le syncrétisme européen en plein cœur de la Méditerranée.  »

Article complet : LIBERATION, SUPPLEMENT NEXT*, Février 2016
Journaliste : Éléonore Klar – France – Février 2016 – pp. 96-97
* Avec  I HEART, magazine culturel (Chaque mois Next donne carte blanche aux reporters du magazine I Heart pour découvrir une métropole).
I HEART : en kiosque et sur wwwiheart-magazine.com

 

Galerie photos : entrée de La Valette – Photos Monique Basley